Aux yeux des créateurs prestigieux, le denim a longtemps tenu une place particulière : pas celle du premier rang, mais au fond, à côté du radiateur, avec les autres textiles rugueux et difficilement malléables. A vrai dire, ça va beaucoup mieux depuis les années 70-80 lorsque les maisons américaines, italiennes et françaises ont commencé à s’intéresser de plus près au denim (Calvin Klein, JP Gaultier, Chanel, Armani, Valentino, etc).